Accueil > > Rubrique Actualités >

>>Lettre ouverte à France Inter, suite au traitement de la réforme "Peillon"

1er novembre 2013

Eric Favey, secrétaire général adjoint de la Ligue de l’Enseignement et administrateur de Enjeux e-médias, interpelle le médiateur de France Inter, à travers un "coup de gueule" salutaire, dénonçant les dérives du service public, en matière de traitement de l’information... On est loin de la qualité d’information attendue par les citoyens !

Monsieur le médiateur de France Inter,

Je voudrais vous faire part de mon étonnement...voire plus relatif à une initiative de France Inter via son site. Il s’agit d’une espèce de consultation/sondage à propos de la réforme des rythmes scolaires qui prétend solliciter l’avis des parents et des commentaires associés de la part de toute personne intéressée...

Sur une question sérieuse pour laquelle par ailleurs les journalistes éducation de Radio France ont souvent pris le temps de reportages plus approfondis que les autres radios, on est en droit d’attendre une présentation "contextualisée" d’une telle consultation et un questionnaire qui s’apparente à autre chose que le plus lapidaire des sondages.

Première surprise...le titre "réforme Peillon : stop ou encore" !!!. Or il ne s’agit pas d’un jeu radiophonique ou d’un casino : c’est une des mesures de la loi de refondation de l’Ecole de la République votée le 25 juin par le parlement. A l’heure ou nos concitoyens, parfois à juste titre, se défie des institutions...faut-il en rajouter dans la démagogie, la simplification et le sensationnel ? Ce n’est pas ce que nous sommes en droit d’attendre d’un média responsable et encore moins d’une radio de service public. Quel que soit ce que l’on peut penser de cette loi...ou de toute autre.

Toutes les questions sont fermées et largement inspirées du contexte parisien, des problèmes (combien ?) qui ont tournés en boucle, alimentés par un buzz agressif, bien loin de la réalité vécue notamment par les familles populaires de la capitale et bien loin de ce que vivent dans nombre de communes, parents, élus, enseignants, animateurs, associations éducatives...

La question des nouveaux rythmes d’apprentissage scolaire n’est en rien articulée avec celle des activités périscolaires..si ce n’est pour évoquer d’éventuelles difficultés..Il n’y a donc rien à signaler de positif..? Nous chercherons tous ensuite les raisons d’un pays qui doute de lui, de ses capacités d’innovation de la société civile par exemple. Personne n’a jamais supposé que tout était pour le mieux dans le meilleur mais de là orienter un questionnaire pour suggérer que tout irait mal, ou à tout le moins pour traquer les difficultés !!!

Rien sur les activités pédagogiques complémentaires, dimension pourtant essentielle de cette nouvelle organisation du temps scolaire destinées à soutenir particulièrement les élèves qui éprouvent des difficultés face aux apprentissages sans rajouter encore du travail scolaire. Et bien sûr aucune question sur la relations de ces nouveaux temps avec les autres mesures de la loi : cycles de 3ans pour respecter les temporalités différentes d’apprentissage des élèves, continuité Ecole/collège pour stopper la machine à trier, scolarisation des moins de 3 ans relancée, formation des enseignants.... Il ne s’agit pas la de faire la promotion d’une loi mais de la présenter dans ses dimensions essentielles qui semblent pour beaucoup indissociables...

Bref une véritable problématique de la question des rythmes d’apprentissage scolaire, des temps éducatifs, des enjeux de justice manque cruellement à ce qui apparait comme un questionnaire monté à la va-vite, à charge...et dont il n’est pas dit d’ailleurs comment seront pris en compte les réponses, ni les commentaires pourtant régulés...avec quelle règle ?

Dans "nos démocraties de consentement", il est facile de discréditer la démocratie elle même. Il suffit de fabriquer à la hâte pour les besoins de l’audience des consultations de cette nature.

Nous n’ignorons rien des hésitations et des difficultés des médias "traditionnels" dans l’univers du Web, de l’information en continu, de l’information faite par les auditeurs...France Inter nous surprend souvent encore dans un univers plus proche de la pub,du coup et de reprise des dépêches, que de la mise en forme des faits pour que les citoyens en comprennent le sens. Alors laissez ces pseudos consultations aux marchands de temps de cerveaux disponibles. Le service public a mieux à faire.

Bien cordialement

Eric FAVEY



Retour en Haut

Accueil - Contact - Mentions légales

Site développé sous SPIP 2.1.19
RSS RSS 2.0